Les météorites perles de lumière de Guerlain

Les météorites de Guerlain sont désormais un produit phare qu’on aime toutes avoir dans nos tiroirs de salle de bain.

Illuminatrices mais matifiantes, difficiles à transporter mais simples d’efficacité, elles sont l’un des produits de beauté qu’on utilise toute une vie.

Météorites perles Guerlain

Impossible de ne pas les racheter une fois terminées, d’ailleurs il faut bien quelques années avant d’avoir à en racheter car oui, même si c’est un investissement, on peut dire qu’il est à long terme. J’ai eu ma première boîte de météorites il y a maintenant plus d’un an (la teinte rosée) et je ne vois toujours pas les perles réduire. Cependant, je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter les perles de lumière de Guerlain une fois sorties.

Pourquoi en racheter si j’en avais déjà alors ?

Et bien parce que les perles de lumière, ce n’est pas tout à fait la même chose que les météorites classiques.

Les perles de lumières sont en format XXL, les billes sont géantes et dans des teintes rosées toutes plus belles les unes que les autres. Dur de ne pas passer son temps à les observer le matin en se maquillant.

Elles illuminent plus que les météorites classiques mais restent un atout incontournable pour fixer le fond de teint, surtout au printemps où le teint se veut glowy ! Elles sont par ailleurs idéales pour les teints rosés grâce aux perles de toutes les nuances de rose, le rendu une fois appliquées est vraiment très beau !

Je ne peux que les conseiller aux mordues des beaux objets, vous ne regretterez pas le craquage, d’autant plus qu’elles ne sont qu’à peine 10€ plus chères que les météorites.

Météorites perles de lumières : 51,10€ sur Cosma

Retrouvez tous les articles de Marine sur son blog www.lesdessousdemarine.com

Cet article a été publié dans Guerlain, Make-up, Printemps, Teint et étiqueté avec , , . Mettez en Favoris son permalink.

Une réponse à Les météorites perles de lumière de Guerlain

  1. Psycho a dit :

    Je les ai aussi, évidemment, dans une version un peu différente, et je ne peux plus m’en passer…