Prendre soin de soi pour être belle sans artifice : ma révélation beauté.

Cet article, bien que particulier, me tenait énormément à cœur car je vais y exposer des petites choses très simples qui ont pourtant grandement changé ma vie depuis que je les applique. Peut-être que certaines personnes trouveront que j’égraine des évidences mais je crois sincèrement que si nous prenions davantage le temps de faire un peu plus attention à  ces évidences, nous économiserions pas mal en produits de soin et de maquillage et notre corps tout entier y gagnerait…

La preuve ? Depuis la mise en application de ces bonnes résolutions, ma routine make-up a changé. Alors que  j’avais parfois l’impression de me transformer en maçon chaque matin dans ma salle de bain tellement il me fallait une dose impressionnante de bb crème, désormais l’équivalent d’un grain de riz me suffit.

Alors quel est donc ce secret de jouvence ?, trépignez-vous de savoir…

Tout simplement : il s’agit de ne surtout pas oublier que nous, mortels et humbles petits êtres de la race humaine, nous sommes le fruit de la nature. La nature nous contrôle, et non l’inverse. Je ne suis pas devenue mystique : je tente seulement de supprimer de mon quotidien quelques mauvaises habitudes, de les remplacer par des rituels sains. Je veille à respecter mon organisme. Ou, au minimum, à cesser de le maltraiter…

Nous passons des heures et des heures, des dizaines et des dizaines d’euros, à soigner notre corps, notre enveloppe, parce que nous avons à cœur d’offrir aux autres une image positive de nous. Mais passons-nous proportionnellement un temps suffisant à chouchouter notre organisme ? Lorsque je me suis sérieusement posé la question, il y a maintenant quelques mois, j’ai eu peur en réalisant l’anarchie que j’imposais à mon corps.

Voici donc la liste des comportements que j’ai modifiés :

1) Arrêt de tout excitant après 19 heures et consommation modérée durant le reste de la journée : J’avais auparavant une consommation paroxysmique de thé, y compris jusqu’à des heures indues. Je me limite désormais à deux thés (ou cafés) par jour. Après 19 heures, j’opte pour des infusions ou des thés déthéinés.

C’est aussi le moment que je choisis pour mettre le réservoir « nicotine-free » de mon e-cig : le danger de cette nouveauté, dont je suis par ailleurs convaincue, est que l’on ne réalise pas aussi bien quelles sont les quantités de nicotine ingérées, et on a tendance à « téter » à longueur de soirée sur ce jouet électronique. Désormais, après le repas, c’est à la framboise pure que je carbure !

2) Désignation du sommeil comme « grande-cause-nationale-pour-moi-même » et adoption d’habitudes totalement inédites. Il y a encore trois mois, je me couchais rarement avant 01h30, même quand je travaillais le lendemain (réveil à 07h). Maintenant, je pars me coucher avant minuit, le but ultime étant de réussir à descendre à 23h… Je veille au respect de mes besoins de sommeil : je sais que je mets 45 minutes à trouver le sommeil et qu’il me faut ensuite 6 heures pour être en forme.
Je cultive la régularité : j’évite de me lever trop tard en période de vacances ou les jours où je ne travaille pas, ce qui permet du coup d’éviter aussi d’alterner des nuits de 3 heures de sommeil et des nuits de 10 heures…

3) Pratique d’une activité physique moins sédentaire. Vu d’où je pars, ce serait prétentieux d’oser appeler ça du sport : je n’en pratique plus du tout depuis la fin de mes études (voilà bientôt dix ans) et, même à cette époque, je n’étais pas une foudre de guerre. Depuis quelques temps, blogging, télé, lecture : j’étais tombée dans le piège d’une sédentarisation, voire une fossilisation-sur-canapé, qui aurait peut-être été sans conséquences à vingt ans mais pas à trente (et des poussières). L’erreur, dans cette situation, où l’on est fatiguée au quotidien alors qu’on est le summum du citadin-sédentaire, est de croire qu’on est justement trop fatigué pour pratiquer une activité « sportive », que ça va nous avaler les dernières bribes d’énergie qu’il nous reste (alors qu’on a besoin de cette énergie pour se lever et aller bosser…). Ne serait-ce que marcher vingt minutes pour aller au travail, s’agiter un petit moment sur un jeu de danse sur console au milieu de son salon ou dire au revoir aux ascenseurs pour renouer avec ces vieux potes les escaliers : ça donne du pep’s, de la niaque, de la patate…

Cercle vertueux.

4) J’aimerais progresser encore dans le domaine de l’alimentation. Ma seule fierté dans ce domaine est de ne pas consommer de fruits et légumes hors saison : ici, c’est plus pour la planète que pour mon organisme, mais pour une fois que je peux aider cette bonne vieille Terre sans rien avoir à faire qu’être un rien logique, je ne me prive pas. Le prochain pas pour mon bien-être alimentaire sera de réduire le sucre et les plats préparés.

Mais déjà, voici les changement physiques que j’ai pu observer depuis que j’ai changé pour adopter ces nouvelles habitudes :

– teint plus lumineux
– disparition de la quasi-totalité des petites rougeurs du visage
– diminution conséquente des cernes
– cheveux beaucoup moins fragiles
– ongles moins cassants

Du coup, ma routine a changé, mes matins mal réveillés devant le miroir ne ressemblent plus à un film d’horreur à petit budget, je me sens plus jeune, plus énergique et mieux dans mes bottines…

Un matin pressé ?
Un soin lisseur pour le regard (30 secondes), un rien de poudre matifiante et de poudre de soleil (une minute), un tour de mascara (1 minute) et je peux supporter de sortir de chez moi, savoir que je vais me sentir bien toute la journée sans avoir peur de l’image que je renvoie.

Des conseils à retrouver sur mon blog dans un article au sujet du sommeil : « Comment se réconcilier avec le sommeil? »

 

 

2 réponses à Prendre soin de soi pour être belle sans artifice : ma révélation beauté.

  1. Jon Bon jovi a dit :

    I’am Jon Bon jovi n’ i approuve this message.

  2. Jon Bon jovi a dit :

    *Et surtout, magnifique photo*